MWC 16 : Bilan de l’édition

Cette nouvelle édition du Mobile World Congress est désormais terminée. Comme chaque année, elle apporte son lot d’éclairages sur la High-Tech et révèle ou confirme des tendances. Voici un bilan récapitulatif des grands points à retenir.

MWC16

Une édition en demi-teinte

Peu de grandes annonces, des Smartphones moins innovants et un manque de grande nouveauté disruptive. Pour rappel, et même si le salon s’est largement diversifié depuis sa création, il porte bien son nom et est avant tout celui de la mobilité. Si les années précédentes braquaient les projecteurs sur des modèles de Smartphones aussi innovants que l’était le S6 Edge en son temps, cette année, le S7 a beau frôler la perfection, il en est presque ennuyeux. Seul le LG G5 se détache péniblement du lot. En matière de disruption en revanche, pas de grand produit venant remplacer les smartwatches dans la liste des grandes nouveautés.

La Réalité Virtuelle sur le devant de la scène

zuck

Reste néanmoins qu’une technologie aura été mise sur le devant de la scène : la Réalité Virtuelle. Mais si certains acteurs tels qu’Alcatel se sont positionnés, c’est surtout le buzz marketing qui a permis à la technologie déjà connue de prendre une telle ampleur aux yeux du monde. Samsung aura ainsi largement participé à cet effet au travers de sa conférence monstre au cours de laquelle les participants étaient tous équipés de casques Gear VR.

FrenchTech

190 entreprises françaises présentes. Si certains journalistes se plaisent à critiquer allègrement le positionnement du gouvernement concernant la FrenchTech, son soutien effectif des start-ups locales permet à la France de rayonner sur des salons internationaux. De faire la lumière sur des innovations qui valent le détour. Alors oui, cela compte et cela fonctionne.

La preuve avec Wiko, la marque française de téléphonie mobile. Elle faisait la présentation de ses nombreuses nouveautés sur son stand du salon et recevait aussi un prix FrenchTech pour l’occasion.

Paiement

Cette édition aura aussi été largement marquée par la présence d’acteurs financiers et les démonstrations de leurs dispositifs dans le nouvel écosystème connecté. Visa embarque ainsi le paiement dans les Honda et plus globalement, les véhicules connectés. Think&Go faisait pour sa part la démonstration du paiement sur vitrine. La société Famoco démontrait pour sa part l’intérêt de l’usage du bracelet pour payer en soirée.

Bref, cette édition est bien la preuve, encore une fois, que les services financiers aussi peuvent innover.

Véhicule connecté

Visa__Honda

Les prémices de la connectivité des véhicules pouvaient encore laisser place au doute quant à la pertinence des offres jusqu’ici. Les constructeurs devaient avant tout mettre en place les technologies avant de proposer des services à réelle valeur ajoutée.

Cette édition du Mobile World Congress est clairement marquée par la concrétisation des offres et la présentation, au-delà des projets pilotes, de services aboutis et intégrés. Visa se lance ainsi comme un partenaire constructeur autour du paiement.

Ford défend pour sa part une idée de la mobilité élargie par des services embarqués à bord des véhicules et des offres pour tous les consommateurs. La marque illustre ainsi le positionnement d’un constructeur faisant face à la transformation de son marché, et bien décidé à devenir un acteur de la mobilité dans sa globalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *