E.Leclerc propose son environnement de livres numériques

Le marché des livres numériques a explosé ces dernières années. Loin de refléter les appréhensions des adorateurs du papier, la réussite des acteurs sur le thème illustre la réalité des attentes de nombreux lecteurs. E.Leclerc voudrait sa part du gâteau en France.

Cybook

170 000 ouvrages sont disponibles depuis le 14 octobre dans la nouvelle librairie numérique du groupe E.Leclerc. Cette initiative est présentée comme une extension numérique des Espaces Culturels E.Leclerc censés participer à la démocratisation de la culture justement. Pour accéder à son nouveau contenu numérique, E.Leclerc présente ses propres liseuses, les modèles CYBOOK Muse et CYBOOK Muse Frontlight (avec éclairage), développées en partenariat avec le spécialiste français Booken. Elles sont commercialisées au tarif de 70 et 100 euros.

En matière de caractéristiques techniques, ces liseuses de 6 pouces disposent d’une connexion Wi-Fi, d’une autonomie de trois semaines et d’une mémoire micro SD jusqu’à 32 Go. E.Leclerc étend néanmoins son offre grâce à une application mobile gratuite Android et iOS : Ma liseuse.

La multiplication des initiatives « Made in France »

Loin de s’encombrer de la puissance du monstre Amazon sur le marché, E.Leclerc cherche donc à défendre son propre écosystème comme une extension de son expertise culturelle. Face aux géants du web, chacun cherche finalement à profiter de l’essor de la numérisation des contenus en défendant sa légitimité sur le thème. Autre exemple, face à Netflix, Canal + n’a ainsi pas hésité à présenter son offre Canal Play. Dernièrement, l’INA surprenait aussi en lançant sa plateforme avec ce slogan « délicat » : « J’aime le culte! ». L’effet est le même sur le marché du streaming musical.

Tout est fait pour marquer les esprits mais au delà de la question de la légitimité et de la promesse du « Made in France », le problème de la multiplication des offres est surtout celui de leur manque d’harmonisation et de leur cloisonnement. Les utilisateurs de ces services seront peu nombreux à multiplier les abonnements pour y accéder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *