Eddystone : une vision plus ouverte pour une technologie d’avenir

Il fallait s’y attendre. La semaine dernière, un nouveau géant du web présentait son intérêt pour la technologie Beacon : Google. Ce positionnement intervient après celui de ses principaux concurrents, mais défend l’ouverture et l’Open Source comme arguments d’un modèle bientôt abouti.

Google Beacon Eddystone

La vision de Google sur la technologie Bluetooth ? Celle de l’ouverture. Autant dans la conception de son offre que dans ses usages. Eddystone est présenté par Google comme son grand projet autour de la technologie Bluetooth et son implémentation dans le futur environnement ultra connecté des citoyens. La conception de la technologie est assurée en Open Source dans l’objectif d’offrir, à terme, les services les plus riches possibles.

Outre les usages, les balises Bluetooth de Google seront aussi ultra compatibles. Les Beacons de Google devront être capables de communiquer avec tous les terminaux embarquant la technologie Bluetooth 4.0, qu’ils tournent sous Android, iOS ou autres systèmes d’exploitation.

Google parie sur la démocratisation de son offre. Le géant table ainsi sur un cercle vertueux partant de la puissance de son moteur de recherche et du déploiement mondial de ses services. Il s’agit de capitaliser sur les succès du groupe tout en enrichissant son offre Beacon grâce à une compatibilité avec les services tels que Google Maps et Google Now par exemple.

Des Beacons à toutes les sauces

En 2013, PayPal et Apple installaient leurs offres sur le tout nouveau marché des Beacons. Fidèle à son cœur de métier, PayPal cherchait alors à démocratiser un service de paiement sans contact à valeur ajoutée. Plus récemment, au mois de juin, c’était au tour de Facebook de présenter son intérêt pour les Beacons en s’engageant dans le déploiement de cette technologie dans le cadre de son programme Place Tips. L’objectif était alors de connecter les commerçants et les futurs acheteurs, tous membres du réseau social, dans la vraie vie.

Du côté d’Apple, la puissance marketing du groupe aura comme toujours permis à son offre de se faire connaitre. Ainsi, les iBeacons restent de loin les balises les plus célèbres pour le moment, portées par différents pilotes menés par de nombreux acteurs. Banques, distributeurs et commerçants (à l’image de Monoprix en France) mais aussi aéroport (comme à Londres). La multiplication des usages illustre les opportunités du marché. Mais Apple respecte, en matière de Beacons, la même politique que pour ses autres appareils : celle du cloisonnement et de l’absence totale d’interopérabilité avec les Smartphones de marques concurrentes.

L’interopérabilité, une clé de la démocratisation des technologies

Cette politique de fermeture tranche avec celle de Google aujourd’hui. En se positionnant plus tardivement sur le marché et en favorisant l’ouverture des usages et la compatibilité de ses balises, Google porte  finalement la promesse du déploiement prochain d’une offre aboutie qui pourrait bien remplir ses objectifs de démocratisation à moyen terme.

Google s’installe petit à petit comme le futur maître de l’iOT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *