XC90, concrétisation des promesses du véhicule connecté

A l’occasion du Volvo Ocean Race et de l’étape du tour du monde nautique de Lorient, Volvo a choisi d’inviter les journalistes pour tester son dernier SUV XC90. Ce dernier illustre le renouveau de la marque suédoise et l’entrée de cette dernière dans la course à la connectivité.

Volvo XC90 Excellence

L’année dernière, Volvo créait l’événement en présentant son nouveau SUV en grande pompe : le XC90. Le modèle symbolise la concrétisation d’une nouvelle ère pour Volvo depuis l’entrée dans son capital d’investissements chinois. Au total, 8 milliards de dollars permettent à Volvo de se renouveler, notamment en matière de R&D et de connectivité.

Un SUV décidément High-Tech

Le XC90 était très attendu sur ce thème, porteur de nombreuses promesses et d’une offre aboutie en matière de connectivité. Le XC90 embarque le système Sensus, prenant la forme d’un écran tactile de 9 pouces, d’un compteur de vitesse digital et d’un affichage tête haute. La tablette est le système multimédia permettant de commander l’habitacle, le service de navigation du véhicule ainsi que ses fonctionnalités connectées.

Sensus XC90

Le XC90 présente une plateforme connectée propre à Volvo mais aussi compatible avec les services d’Apple et Google en matière de véhicule connecté. CarPlay sera ainsi disponible dans les XC90 d’ici la fin de l’année. La mise à jour logiciel devra néanmoins être faite en garage. Pour Android Auto, il faudra encore attendre 2016. Le tarif est en revanche connu, l’intégration du service sera facturée pour la modique somme de 480 euros.

Un modèle de connectivité argumenté

Volvo défend son positionnement stratégique en mettant en valeur son propre service de connectivité. Si auparavant, la marque prévoyait de présenter son propre Store d’applications, elle a néanmoins revu ses objectifs à la baisse en présentant des fonctionnalités embarquées dont les mises à jour et la complémentarité seront prises en charge gratuitement lors des contrôles technique du véhicule. Le surcoût appliqué pour l’installation des systèmes concurrents est expliqué par plusieurs arguments, tous défendables.

Le premier concerne la connectivité déjà offerte par Volvo. Le XC90 offre ainsi la possibilité de connecter un Smartphone en Bluetooth ou en Wi-Fi et d’accéder au contenu de son appareil pour les appels, les messages et la musique notamment. Mais cette association permet aussi le partage de connexion entre le téléphone et la voiture et donc le lancement des applications et services connectés de Volvo.

Ce qui nous amène au second argument de la marque : ses services connectés embarqués. Parmi eux, Volvo, très concernée par les questions de sécurité et d’assistance, permet aux conducteurs du XC90 de contacter un service d’assistance en cas de problèmes. Plus ludique, l’application Here propose des adresses de restaurants ou les emplacements de parking disponibles situés à proximité.

Volvo estime que ses services remplissent largement les fonctionnalités nécessaires d’un véhicule connecté et que l’ajout des systèmes concurrents est un « plus » superflu. Le constructeur envisage de proposer toutes les applications réellement nécessaires au conducteur et de se libérer ainsi des systèmes imposés par Apple et Google.

Par ailleurs, le XC90 est capable d’embarquer sa propre SIM et donc de se connecter au services de Volvo sans Smartphone.

Une extension de l’expérience sur SmartWatch

En complément, Volvo surfe sur la tendance des Smartwatch en présentant son application dédiée aux montres fonctionnant sous Android Wear ou l’OS dédié d’Apple. Cette « extension » est lié à l’option Sensus Pro avec Volvo On Call. La marque étend ainsi l’expérience du conducteur en dehors de son véhicule en lui permettant de suivre l’état de ce dernier (moteur, niveau du réservoir,…) mais aussi en lui permettant de le retrouver en actionnant à distance les warning ou le klaxon.

Deux mondes se mêlent

Volvo illustre le potentiel de la rencontre entre le high-tech et l’automobile. Les efforts d’intégration et de connectivité commencent à payer avec le XC90. Les modèles économiques se développent et finalement, redonnent la main aux constructeurs plutôt qu’aux despotes Apple et Google dont le positionnement ne semble finalement pas si évident sur le marché des véhicules connectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *