Apple vs Google : pourquoi tant de haine…

Apple vient de vendre 75 millions d’unités de son dernier smartphone. Tout le monde en parle, bravo c’est parfait. Mais dans la grande bataille qui oppose les systèmes d’exploitation mobiles, Google propose Android. Les smartphones tournant sous son système se sont vendus à un milliard d’unités en 2014. Un chiffre qui fait moins la une, la pomme étant plus vendeuse apparemment.

Android apple

Selon un rapport de Strategy Analytics, la part de marché pour Android en 2014 est estimée à 81 % contre 15 % pour Apple. L’opposition entre les deux OS dépasse celle des appareils. Apple propose un seul téléphone, et des centaines de modèles tournent sous Android. Mais les deux systèmes se disputent le marché avec de nombreux services similaires, y compris sur le marché du paiement avec la bataille GoogleWallet et Apple Pay.

Un rayonnement de marque pour Apple

Apple est toujours présenté comme un acteur ultra disruptif. Mais depuis le lancement des iPhones et des iPads de première génération, quels ont été les nouveaux services tellement à part lancés par la marque pour rayonner sur le marché ? Hormis l’énorme puissance marketing et la stratégie d’image du groupe, dans les faits, qu’aura inventé Apple ces dernières années ? Rien de réellement disruptif.

Des innovations mal intégrées pour Google

Google souffre pour sa part d’une image beaucoup moins glamour sur le marché du mobile. Ses services innovants pâtissent du désamour de la presse et du grand public, par voie de conséquence. Pourtant en matière de services, Google fait tout de même partie des plus innovantes des entreprises. Quel modèle pour concurrencer Google Maps par exemple, qui propose un service optimal sur mobile en termes de GPS en temps réel ? Comment passer à côté du fait que Google Wallet existe depuis désormais plusieurs années (première version en 2011) dans l’indifférence des acteurs en présence ?

Sur ce thème bien précis malheureusement, Google et Android auront souffert de leur caractère précurseur sur un marché manquant de maturité, avec des utilisateurs et des distributeurs absolument pas prêts.

Les chiffres

Revenons sur les chiffres du marché. Bien qu’Apple ait gagné des parts dernièrement avec ses incroyables et hyper innovants iPhone 6 (plus grands (comme la concurrence), équipés de la technologie NFC et de lecteur d’empreinte digitale (comme sur combien de smartphones Android ?)), il est difficile de rater l’écart entre les deux systèmes avec un ratio de 81 % contre 15 % dans le monde. Android reste le modèle le plus démocratisé et démocratisable étant aussi donné la différence de prix entre les smartphones disponibles : compter près de 700 dollars pour un iPhone, contre 250 pour un Android.

En termes d’usage, depuis le lancement d’Apple Pay aux Etats-Unis, le service a représenté 1 % des montants de transactions de paiements électroniques, contre 4 % pour Google Wallet, selon des chiffres publiés par ITG. L’engouement est aujourd’hui important auprès du grand public pour Apple qui sait faire la promotion de ses solutions contrairement à Google et son Wallet lancé trop tôt sur un marché qui n’était pas prêt.

Un aveuglement général

Comment peut-on encore, en tant que distributeurs, marchands, professionnels de l’acceptation des paiements, oublier le Wallet de Google qui compte potentiellement tellement plus d’utilisateurs de par le monde que le système d’Apple. En particulier depuis l’accord avec les opérateurs mobiles à l’origine de Softcard. Et pourtant, la poudre aux yeux fonctionne encore. Certains spécialistes du secteur se chargent de la défense du système d’Apple en crachant sur les initiatives du modèle de Google qui, côté expérience client, est quasi identique au modèle (encore une fois) pas si inventif d’Apple.

Le très bon blog CPMI cite ainsi Apple Pay dans une déclaration d’amour : « leçons d’Apple Pay et sa démonstration d’excellence de l’expérience utilisateur s’accompagnant d’un niveau de sécurité à l’état de l’art ». Face à l’annonce des dernières initiatives de Google Wallet (qui se rapproche aujourd’hui des opérateurs) en revanche, le ton se durcit et le modèle se trouve dénigré.

Le talent d’Apple est bien là, et il est indéniable. Malgré les chiffres, malgré la réalité de l’innovation, malgré leurs tarifs imposés sur le marché, Apple parvient à s’imposer dans l’esprit général. Un amour irrationnel qui pourrait aider la firme de Cupertino à gagner une nouvelle bataille, celle du paiement mobile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *