Les objets connectés prendront aussi de la place en Afrique

Le marché des objets connectés est en pleine explosion. Les usages se multiplient et s’installent dans le quotidien des consommateurs sans qu’ils en aient toujours confiance. Au delà de l’Europe et des Etats-Unis, le continent africain semble lui aussi porteur de la diffusion et de la démocratisation des objets connectés.

Afrique connectée

500 milliards de dollars. C’est ce que le marché de l’Internet des objets devrait représenter en Afrique d’ici 2025. Ce chiffre a été mis en lumière à l’occasion de la conférence Cisco Connect 2014 prenant place en Afrique du Sud.

Facteur de croissance et de dynamisme, l’Internet des objets pourrait aussi jouer un rôle fondamental dans les services d’informations auprès des populations mais aussi gouvernementaux, des statistiques et du recensement.

Reste en revanche la question de la connectivité des populations, l’une des barrières principales à l’extension des dispositifs sur le territoire. Pour cela, Google (au travers du projet Loon), ou encore Space X cherchent actuellement à trouver des solutions.

Une croissance forte à l’échelle mondiale

Smartphones, tablettes et télévisions comptent d’ores et déjà parmi les objets connectés démocratisés dans les pays développés. Les wearable devices, prenant la forme de bracelets et autres montres, suivent le mouvement et pourraient bien connaitre un « Boom » des ventes en cette période de fin d’année.

Le marché est en tout les cas porteur et la majorité des spécialistes s’accordent à dire que les prochaines années devraient sacrer l’avènement des appareils connectés et wearables devices dans le quotidien des consommateurs.

Ainsi, selon IDC, l’Internet des objets pourrait bien doubler d’ici 2020 et représenter un marché potentiel de 8 900 milliards de dollars dans le monde. En effet, ce serait plus de 220 milliards d’objets connectés qui circuleraient à cette période, favorisant les échanges d’informations et l’Internet des objets.

Collecte d’informations, analyse, connaissance des habitudes des consommateurs, monétisation des données et personnalisation des services sont autant d’enjeux portés par l’Internet des objets. Les géants du web font partis des groupes les mieux placés pour prendre la main sur ce qui devient une matière première de choix : les données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *