Quelle évolution pour le marché des Wearable Devices?

FitBit, Jawbone, Shine, Google Glass, Gear Fit ou encore MiBand,… autant de bracelets, objets et autres montres qui illustrent l’effervescence du marché des Wearable Devices. Les offres semblent pourtant relativement limitées aujourd’hui en termes de fonctionnalités, avec des applications plutôt tournées vers le suivi des activités sportives et de la santé. Elles participent néanmoins à faire évoluer le marché, mais vers quel modèle ?

    FitbitForce

Du sport et du bien être pour les trackers

Dans la série des bracShineelets connectés, pour le moment donc, une offre prédominante s’impose et concerne le suivi des activités physiques. Les solutions présentées embarquent ainsi des fonctionnalités de podomètres, calculent le nombre de calories dépensées ou aident encore à suivre le rythme cardiaque des utilisateurs.

Globalement, les services proposés par ces trackers restent néanmoins relativement limités et surtout, peinent à se différencier. En conséquence, ils manquent pour l’instant à convaincre une majorité d’utilisateurs sur le long terme. Ainsi, d’après une étude réalisée en septembre 2013 par le cabinet Endeavour Partners, un tiers des utilisateurs américains de Wearable Devices cessent de porter leur matériel connecté dans les six mois suivant leur achat.

Plus de fonctionnalités et donc de débouchés pour les montres ?

Outre les trackers, qui restent pourtant les modèles les plus répandus (et entrée de gamme), les montres se différencient pour leur part des simples bracelets en remontant les notifications du smartphone vers le poignet des utilisateurs. Elles deviennentGear-2-gold-2 ainsi de véritables extensions des smartphones et offrent de nouveaux services complémentaires.

Les modèles de Samsung (Gear et Gear Fit) ou de LG par exemple peinent pourtant à se démocratiser pour le moment. Problèmes de compatibilité ou incapacité à convaincre les utilisateurs ? Le marché est encore jeune et le lancement de système d’exploitation “ouvert” (à l’image d’Android Wear) représente déjà un moyen de contourner ces premiers freins.

D’autant que d’autres acteurs du mobile ou les géants du Web semblent bien décidés à participer au développement des offres proposées. Motorola devrait ainsi présenter sa Moto 360 dont le design (tout en rondeur) pourrait bien convaincre d’avantage d’utilisateurs. Les rumeurs se précisent aussi du côté d’Apple après la publication d’un brevet sur l’iTime. Le positionnement de la firme américaine pourrait notamment pousser de nombreux amoureux de la marque à s’équiper, participant ainsi de manière significative au décollement du marché.

Au delà des montres, des objets plus disruptifs

Comptant comme un véritable acteur disruptif, Google tente pour sa part d’imposer ses lunettes à grand renfort de stratégie marketing et d’effets d’annonce. Les Google Glass sont encore loin de se démocratiser, limitées par des phases de test actuellement ouvertes à une majorité de développeurs. Mais leur commercialisation a pourtant déjà débutée aux États-Unis et même en France, dans le cadre d’une vente privée exceptionnelle.

googleglass

Si les montres promettent de s’adapter d’avantage aux habitudes des utilisateurs, les Google Glass tentent pour leur part de proposer une expérience inédite de réalité augmentée. A voir si les fonctionnalités proposées au travers de ses différentes applications permettent d’attirer une autre cible que celle des Geeks les plus fortunés (rappelons qu’une paire de Google Glass coûtent 1 500 dollars).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *